Conter, c’est raconter des images

Un conte c’est une quête, un voyage… J’ai toujours été fasciné par les conteurs. Ces drôles de bonshommes capables de vous emmener dans un autre imaginaire par la simple force de la parole.

Il y a quelques mois, je sortais de la bibliothèque, quelques BD sous le bras quand je m’attarde sur l’étagère à ‘flyers’. C’est un de mes petits rituels de curieux. Je fouinais donc dans les activités culturelles en tous genres quand mon regard est happé par un titre «  Formation à l’art du conte ». Un stage résidentiel de deux week-end est proposé. Je cale le prospectus dans une BD et rentre à la maison. Une recherche Google et quelques clics plus tard, ça se précise… L’animateur n’en est pas à son coup d’essai et semble apprécie par ses pairs. Allez, je me lance…

Ce week-end j’ai donc fait un premier pas vers le royaume magique des conteurs. Oh, un bien petit pas jusque là. Je n’ai  même pas encore conté. Mais j’ai compris ce qu’était un conte et appris quelques trucs et astuces.  D’ailleurs, je ne résiste pas au plaisir de livrer quelques formulettes.

« Ceci est un conte, ce n’est pas une menterie
Je dis l’histoire, comme on m’a dit. »

« La parole est d’argent
Mais le silence est d’or
Contre un peu de votre or
Laissez-moi pour un instant
Vous donner un peu de mon argent. »

« Je laisse le conte là où je l’ai trouvé
Qu’un autre vienne le raconter. »

Mon intérêt pour le conte est aussi lié à ma passion pour l’audiovisuel et au documentaire en particulier.  Les deux univers me semblent partager beaucoup de choses.  Dans les deux cas il s’agit de raconter des histoires, et pour l’un comme pour l’autre l’image est primordiale. Audiovisuelle ou imaginaire, elle permet au récit d’exister et d’imprégner son auditoire.  Après ce premier week-end, je suis convaincu que le travail du conte peut m’aider dans ma démarche documentaire et inversement. D’ailleurs, en réalisant Nassara, j’ai parfois eu l’impression de conter.

Lors du prochain week-end, je conterai ma première histoire, reste à la choisir…

A écouter : cette magnifique chanson de Souad Massi qui s’intule Raoui, ce qui signifie « Le conteur » en arabe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s